Généalogistes Associés

Bonjour à tous

Bœuf à la nage

Il ne faut pas imaginer que le transport du bétail s'effectuait conventionnellement. Ainsi, lorsqu'un canotier voulait aller de Québec à Lévis livrer du bétail, il ne couchait ni vache, ni veau, ni mouton, ni porc au fond de sa frêle embarcation. Les canotiers étaient braves. Pas fous!

Sachant que, quelle que soit leur taille, les animaux connaissent l'art de nager, ils liaient l'animal à l'embarcation qui n'avait plus qu'à filer vers sa destination... Philippe-Aubert de Gaspé donne de ce mode de transport, au XIXe siècle, une description que l'on peut sans doute (pour un nombre moins considérable de bêtes) reporter deux siècles plus tôt :
« Un troupeau de boeufs parcourait souvent vingt à trente lieues sur ses jambes par les plus grandes chaleurs pour venir se faire égorger à Québec; c'était déjà, il me semble, une assez rude besogne pour une fin aussi cruelle, mais ce n'était que le commencement de ses souffrances! Il lui fallait traverser le fleuve à la nage pour ajouter à ses misères! Le troupeau mugissant est sur la grève de Lévis, vierge alors de quais, aussi insouciant que l'agneau de Pope qui lèche la main de celui qui va l'égorger. »

Embarque! Embarque! crie le batelier tenant un aviron en main. Et chacun de ceux qu'il doit traverser s'arme, qui d'une hart, qui d'un bâton, en guise de rame ou d'aviron, pour l'aider à accoupler les boeufs à l'entour du canot, suivant leur âge ou leur degré de force apparente et à les lier par les cornes aux bancs du canot alors à sec sur le rivage.

Cette tâche assez rude accomplie, c'est l'affaire des quadrupèdes de faire le reste de la manoeuvre. Le plus difficile n'est pas de les obliger à grands renforts de coups et de jurons formidables à traîner le canot jusqu'à l'eau, mais bien de les contraindre à laisser la terre ferme et à se livrer à la merci d'un autre élément.

Une fois à l'eau, après un combat opiniâtre, les pauvres animaux se résignent à leur sort et nagent avec vigueur tant par instinct de conservation que pour éviter les coups de gaule dont ils ont déjà eu un avant-goût (...) Dès qu'un boeuf à bout de force devient intraitable, qu'il lutte contre la mort, ce qui arrive rarement prétendent les canotiers, on coupe l'amarre qui l'astreint au canot et, si le propriétaire tient à la peau de sa bête, il va la chercher à l'île d'Orléans, au Cap-Rouge ou ailleurs.

Source : Nos racines p 300

Vous pouvez toujours consulter les bulletins précédents sur notre site en cliquant sur le lien Bulletins dans la partie inférieure de chaque page.

Vous êtes toujours les bienvenus sur le site Généalogie pour tous par les Généalogistes Associés.

Bertrand Fleury
Votre webmestre,
Généalogie pour tous
Ce qui compte dans la vie, c'est le rire, l'amour et la santé.
Gardez le sourire, c'est le plus beau rayon de soleil. ;-))



BK5.2 - Téléchargez 2 fichiers :
BKSetup.exe et BKSetup.w02
Dernière version de BK5 : 13 décembre 2000

BK 6       La version 6.6 est toujours disponible.

BK 7.0       Nouvelle version.

La traduction Français-Québec est incluse.

La Fondation
Marie-Vincent

L'Enfance
pas la violence.

[ Accueil | Histoire | Liens | Toponymie ]
[ Émigrants | Bulletins | Guide de saisie | Célébrités ]


Votre webmestre
CGL # 2 - SGCE # 3053