Généalogistes Associés

Un métier pas comme les autres

Bonjour à tous

Je veux remercier tous ceux et celles qui prennent deux minutes de leur précieux temps pour me faire part de leurs commentaires sur les bulletins ou autres sujets. Ces commentaires sont beaucoup appréciés même si je ne peux répondre à tous. C'est ce qui motive mon bénévolat.

Après seulement 10 mois d'existance, notre bulletin gratuit est maintenant distribué à plus de 6,000 généalogistes internautes. Si vous avez des amis avec qui vous désirez partager ces informations, n'hésitez pas à leur transmettre ce courriel avec l'adresse d'abonnement : http://genealogistes-associes.ca/mail/ ou l'adresse des Bulletins antérieurs http://genealogistes-associes.ca/bulletins.php

Le métier de bourreau n'est pas une vocation. Le bourreau du XVIIe siècle n'aime pas son métier qui le lui rend bien. Il n'existe qu'un seul exécuteur de justice pour toute la colonie. Il vit et travaille à Québec, près du siège de l'autorité.

Le premier bourreau officiel de la Nouvelle-France joue du tambour. En 1648, un militaire de Montréal se rend coupable d'un « crime contre nature » (lire sodomie). Il est tambour de la garnison. Le gouverneur Maisonneuve veut faire un exemple. Il le condamne à mort. Les jésuites prennent sa défense. On lui propose le travail de bourreau en retour de sa vie. Son nom n'est pas passé à l'histoire.

Le 29 avril 1653, un habitant de l'île d'Orléans, M. Charron, est assassiné par deux de ses serviteurs. Le premier bourreau est mort de sa belle mort. L'un des assassins est pendu sur la place publique. Son complice fait office de bourreau et garde l'emploi.

Le 14 janvier 1665, le Conseil souverain décide de mettre le bourreau dans ses meubles. On lui achète la maison de Nicolas Marsolais, dans la Grande Allée. La maison du bourreau est située quelque part autour de l'actuel club de la Garnison.

Les bourreaux suivants s'appellent Jacques Daigre (Daigle), Jean Rattier, Jacques Élie, une canaille de la pire espèce, et Pierre Rattier, le fils de l'autre.

Écoeuré par l'incompétence et l'inconduite chronique des bourreaux locaux, le gouverneur de Beauharnois demande au roi, en 1726, de lui en envoyer un vrai de vrai de France.

Le ministre du roi recommande d'en acheter un aux îles. En attendant, arrive de France un certain Gilles Lenoir. Le nouveau bourreau est un désastre. Débile mental, ivrogne, épileptique, il est incapable de pendre quiconque correctement. On le retourne en France. Finalement, l'intendant Hocquart achète un esclave noir de la Martinique. Il s'appelle Malgein. Il semble faire l'affaire. Le hic, c'est que le nouveau bourreau s'ennuie. Il veut une femme pour meubler ses loisirs. On lui achète une épouse aux Antilles. La fiancée du bourreau prendra huit ans avant d'arriver. Malgein a le temps de mourir, d'ennui sûrement.

Le dernier bourreau attitré en Nouvelle-France s'appelle Joseph Montelle. Il fait sa demande pour l'office le jour même de la pendaison de son prédécesseur, Denis Quévillon, âgé de 19 ans, condamné pour vol.

Source : Louis-Guy Lemieux
Le Soleil

Vous pouvez toujours consulter les bulletins précédents sur notre site en cliquant sur le lien Bulletins dans la partie inférieure de chaque page.

Vous êtes toujours les bienvenus sur le site Généalogie pour tous par les Généalogistes Associés.

Bertrand Fleury
Votre webmestre,
Généalogie pour tous
Ce qui compte dans la vie, c'est le rire, l'amour et la santé.
Gardez le sourire, c'est le plus beau rayon de soleil. ;-))



BK5.2 - Téléchargez 2 fichiers :
BKSetup.exe et BKSetup.w02
Dernière version de BK5 : 13 décembre 2000

BK 6       La version 6.6 est toujours disponible.

BK 7.0       Nouvelle version.

La traduction Français-Québec est incluse.

La Fondation
Marie-Vincent

L'Enfance
pas la violence.

[ Accueil | Histoire | Liens | Toponymie ]
[ Émigrants | Bulletins | Guide de saisie | Célébrités ]


Votre webmestre
CGL # 2 - SGCE # 3053