Généalogistes Associés

Bonjour à tous

Morts Violentes - 3

de Léonard Bouchard, écrivain et historien.


Cutan Josiah, esclave noir mort sur la potence.

Josiah Cutan était un esclave noir, au service du marchand John Askin et du traiteur MacCormick, qui conjointement s'en étaient portés acquéreurs.
Cutan eut un jour l'audacieuse aventure de commettre un vol avec effraction au domicile de Joseph Campeau, citoyen de Détroit. Le voleur est pris sur le fait et l'on procéda naturellement à son arrestation; il est éconduit en prison. McCornik, entre temps, acheta la part d'Askin et devint le seul propriétaire de l'esclave. Pour avoir été jugé coupable de vol du genre. Joseph Cutan est condamné à la potence et il monta effectivement sur l'échafaud en septembre 1792. Les annales juridiques de l'époque estiment cette exécution comme étant la première à être effectuée au Haut-Canada.

Riddel Michigan British Rule, 347-355, 456. The John Askin Paper, I: 410s. - Boyer, Les crimes...op. cit., 136. Trudel, Marcel, L'esclavage au Canada français, PUL, passim.


Dalmas Antoine, tué par son servant de messe

Antoine Dalmas était une prêtre jésuite arrivé au pays en 1671. II fut missionnaire à Sillery, à Laprairie, à la Madeleine, à Tadoussac, à la baie d' Hudson, où il se rendit seconder l'action apostolique du père Sylvy. Or, ce dernier nous a laissé un récit navrant de l'assassinat du père Dalmas.

Cette tragédie se déroula au fort Sainte-Anne, aujourd'hui Albany. Deux hommes, Guillory, un armurier, et par surcroît servant de messe du père Dalmas, et un chirurgien, étant restés au fort pendant que la garnison était allée à la chasse, eurent une dispute qui dégénéra en tragédie. Guillory avec une arme à feu, tire sur le chirurgien et le blessa à mort. L'assassin, pris de panique, juste avant de servir la messe, aborda le père tout à fait ignare du drame et demanda à lui parler privément. Le père lui répondit d'attendre, qu'il l'écouterait après la messe.

Au moment convenu, le malheureux découvrit son forfait au père Dalmas en précisant qu'il craignait d'être mis à mort lui aussi au retour de l'équipe de la garnison. Si on voulait le faire, reprit le père, je vous promets de m'y opposer autant que je pourrais, mais je vous exhorte à reconnaître devant Dieu I'énormité du crime que vous avez commis, à lui demander pardon et en faire pénitence. Ayez soin d'apaiser la colère de Dieu; pour moi, j'aurai soin d'apaiser celle des hommes. Le père ajouta même que s'il le désirait, il pourrait peut-être aller au-devant d'eux afin de les adoucir. A peine Guillory était-il sorti du fort qu'il eut le pressentiment d'être trompé par le père. II s'arma d'une hache et d'un fusil et courut après lui. Il le rattrapa bientôt, l'accusa de traîtrise, fit feu sur lui mais rata le coup. Pour se soustraire à la fureur de l'assassin, le père Dalmas se précipita sur une grosse glace flottante. L'armurier y saute à son tour, l'assomma de deux coups de hache et enfouit son corps sous la glace. Le drame s'était déroulé le 3 mars 1693.
Les chasseurs arrivèrent au fort, prirent connaissance du sort tragique du père Dalmas et mirent aux fers le coupable.

C. de Rochemonteix, Les Jésuites et la Nouvelle-France au XVlle siècle, 111: 274. Allaire, Dictionnaire du clergé. BRH, IX, XXV: 112 ; XXVIII : 176. RHAF, IV : 71. DBC, 1: 252.


Davers Sir Robert, tué et dévoré par les Indiens

Robert Davers est né en Angleterre et il fut honoré du titre de baronet en 1742. A un moment donné, il décida de quitter sa patrie pour venir en Amérique. Les motifs qui ont pu contribuer à prendre cette décision semblent avoir été une situation familiale anormale: mère dépressive, suicide de deux de ses frères; le goût pour la solitude et l'aventure peut-être aussi.
Un fois rendu au pays, il alla s'installer dans la région des Grands Lacs, où son frère Charles militait dans le 44e régiment. Puis il se rendit à Boston après un périple à New-York.
En mars 1763, Davers et son esclave panis partirent en direction de la rivière Sainte-Claire pour frayer un chemin à Charles Robertson, au lac Huron. Mais une bande d'Indiens, sous la commande de Pontiac, surprirent les explorateurs: Davers, Robertson et deux autres encore faits prisonniers. Le corps de Davers est bouilli et mangé par la bande en fête; celui de Robertson, rôti et dévoré. Les autres soldats, tués, servirent de pâture aux chiens.

Peckham, Pontiac. DBC, III 178-179.


Condamné à mort sur les fourches patibulaires

Voici comment explique P.-G. Roy ce genre de supplice dans Petites choses de notre histoire :
Au milieu d'un échafaud ou plancher élevé, on attachait une croix de Saint-André. Le criminel était étendu sur cette croix, la face tournée vers le cieI et attaché à toutes les jointures du corps. On faisait en outre porter la tête sur une pierre afin que le cou fût libre et que l'étranglement pût avoir lieu quand il était ordonné. Le bourreau, avec une barre de fer carrée, rompait et brisait les bras, les reins, les jambes et les cuisses du condamné. Si ce dernier ne devait pas être rompu, alors l'étranglement précédait la rupture des membres. A un coin de l'échafaud était placée, horizontalement, une petite roue de carosse, dont on avait scié la partie saillante du moyeu. L'exécution achevée, on détachait le corps du supplicié et on l'étendait sur cette roue pendant un certain temps déterminé. Quelquefois l'exécution avait lieu sur le chemin public, alors le corps y était abandonné.

Page précédente                                   Page suivante

Vous pouvez toujours consulter les bulletins précédents sur notre site en cliquant sur le lien Bulletins dans la partie inférieure de chaque page.

Vous êtes toujours les bienvenus sur le site Généalogie pour tous par les Généalogistes Associés.

Bertrand Fleury,
Votre webmestre, revisé le 2010-11-17.
Généalogie pour tous
Ce qui compte dans la vie, c'est le rire, l'amour et la santé.
Gardez le sourire, c'est le plus beau rayon de soleil. ;-))



BK5.2 - Téléchargez 2 fichiers :
BKSetup.exe et BKSetup.w02
Dernière version de BK5 : 13 décembre 2000

BK 6       La version 6.6 est toujours disponible.

BK 7.0       Nouvelle version.

La traduction Français-Québec est incluse.

La Fondation
Marie-Vincent

L'Enfance
pas la violence.

[ Accueil | Histoire | Liens | Toponymie ]
[ Émigrants | Bulletins | Guide de saisie | Célébrités ]


Votre webmestre
CGL # 2 - SGCE # 3053